Vous appréciez ce que vous lisez? Inscrivez-vous dès aujourd'hui.

Abonnez-vous
Rechercher

Découvrez ce que le mot R-E-S-P-E-C-T signifie pour la génération Y

Points saillants de l'article :

  • La génération du millénaire mérite d’être respectée comme tout autre client
  • « Ils m’ont accusé de mentir sur les informations que j’avais trouvées...»

Note de la rédaction: Cet article a été écrit par l’auteure invitée Ellen Snyder, stagiaire d’été dans le département de Communication commerciale de Reynolds.


 

La génération du millénaire a grandi en passant son temps à tout googler. Pourquoi magasineraient-ils leur véhicule autrement?

La société d’aujourd’hui est à l’heure de l’information instantanée. Toutefois, les concessionnaires ne tiennent toujours pas compte des recherches approfondies que les acheteurs d’automobile effectuent avant de mettre le pied dans la concession. Après avoir discuté avec un nouvel acheteur à propos de son expérience d’achat, il semble clair que la génération Y n’est pas très impressionnée par les tendances actuelles. Voici l’histoire de Justin:

***

Tout se passe en ligne

« Mes recherches ont commencé en ligne. En fait, toute cette démarche d’apprentissage a duré un an et demi. Je ne pensais pas qu’un vendeur automobile pourrait en connaître plus que ce que j’étais capable d’apprendre sur Internet. De nos jours, tout se passe en ligne. La plupart des gens, moi y compris, ne se déplacent chez le concessionnaire que lorsqu’ils sont prêts à faire l’essai routier.

Le magasinage n’arrête jamais

Nous magasinons constamment, que ce soit sur la route quand on voit une belle voiture, une publicité en ligne, ou encore des amis qui nous parlent d’un nouveau modèle; le magasinage n’arrête jamais. En ce qui me concerne, c’est au Salon de l’auto que je suis tombé en amour avec la voiture.

Les vraies recherches ont commencé quand j’ai décidé du modèle de voiture que je voulais. Je cherchais vraiment une voiture en particulier, c’est pourquoi les recherches semblaient interminables. Environ un an et demi plus tard, j’ai trouvé trois différents concessionnaires qui vendaient le véhicule que je voulais.

Lorsque je suis allé chez les deux premiers concessionnaires, je souhaitais seulement procéder à l’essai routier du véhicule. Je suis finalement arrivé chez le troisième concessionnaire avec l’intention d’acheter.

Les vieilles méthodes sont dépassées

Mes dix-huit mois de recherches m’ont permis de savoir exactement ce que je voulais avant d’aller chez le concessionnaire. Je suis allé chez ce concessionnaire, car ils avaient le véhicule exact que je voulais. Toutefois lorsque je suis arrivé, le vendeur refusait de m’écouter, il ne faisait que parler, parler et parler.

J’avais déjà fait des recherches en ligne, des tests routiers et je savais exactement ce que je voulais. Rendu là, mon seul souhait était de m’asseoir dans la voiture pour confirmer mon choix. Mais le vendeur n’arrêtait pas de me harceler! Pour une raison quelconque, il pensait qu’il n’y avait pas de mal à me traiter comme un jeune qui ne savait pas de quoi il parle.

Chaque client doit être pris au sérieux

Pendant le processus de négociation, j’ai expliqué au directeur des ventes que j’avais fait des recherches intensives. Je savais que le prix de la voiture était fixé à 3000 $ au-dessus de la valeur marchande. Ils ne démordaient pas de leur prix et, pire encore, ils m’ont accusé de mentir sur les informations que j’avais trouvées. Je ne me suis vraiment pas senti respecté. Donc, j’ai quitté le concessionnaire avec l’intention de magasiner ailleurs.

Trois mois plus tard, j’ai vu que le véhicule était annoncé pour 100 $ de moins que le prix que j’avais initialement proposé. Je n’avais encore rien acheté à ce moment-là. Je suis alors retourné chez ce concessionnaire et j’ai même réussi à obtenir un meilleur prix que celui que j’avais proposé la première fois. La mauvaise nouvelle pour ce concessionnaire, c’est qu’ils ont réalisé moins de profit que s’ils avaient simplement accepté ma première offre. Je n’ai pas l’intention de retourner chez ce concessionnaire pour l’entretien ou l’achat d’un autre véhicule. Dans son ensemble, cette expérience s’est avérée plutôt mauvaise.

***

Un client ne devrait jamais sentir qu’on lui manque de respect ou se sentir insulté. Peu importe l’âge de la personne, il s’agit avant tout d’un achat majeur qui pourrait s’avérer plus profitable que la simple vente d’un véhicule.

En manquant de respect envers Justin, ce concessionnaire a perdu ce qui aurait pu devenir un client à vie.

La génération Y est prête à acheter. Votre concession est-elle prête à vendre?

Partager cet article :

Communication commerciale, Reynolds et Reynolds

Ashley est chargée de communication commerciale pour Reynolds et Reynolds. Elle a obtenu son diplôme de l’université Wright State en décembre 2012 et a rejoint l’équipe de Reynolds et Reynolds peu après en janvier.

Articles connexes:

Quand j’étais jeune, mes amis du secondaire et moi aimions travailler sur nos voitures. Qu’il s’agisse d’écouter le ronronnement du moteur au feu rouge ou

Bien que Netflix ait fait son entrée sur le marché après Amazon Video, c’est Netflix qui est désormais le principal fournisseur de diffusion en continu

Dans cet épisode de Connectés, la série de vidéos en baladodiffusion de Reynolds, Rye Walsh, vice-présidente du recrutement chez Reynolds et Reynolds, partage des stratégies

Dans cet épisode de Connectés, la série de vidéos en baladodiffusion de Reynolds, nous rencontrons Hayley Holmes, directrice de la planification des produits chez Reynolds